Accueil / Réseau / Historique

Historique

Dans le domaine topographique, un inconvénient du GPS est la nécessité, pour obtenir une précision suffisante, de travailler en différentiel en positionnant un récepteur sur un point de coordonnées connues à proximité du chantier et un autre sur les positions à déterminer. Cela impose l'utilisation de deux récepteurs pour un seul qui effectue les mesures.

Afin de s'affranchir de cette contrainte, l'idée s'est faite, en France et dans de nombreux pays voisins, de remplacer la station fixe que chacun doit installer pour chaque chantier par des stations fixes permanentes utiles à tous et dont les données sont mises à disposition de la collectivité, en temps différé par l'intermédiaire du réseau Internet ou en temps réel par communication hertzienne.

Ces données GPS sont telles qu'elles peuvent couvrir la grande majorité des applications possibles du GPS, qui vont des plus précises (maintien de la référence nationale en matière de coordonnées, guidage des engins de chantiers, des tracteurs etc) aux moins précises (guidage routier, surveillance de flottes telles que taxis, ambulances, navires, avions etc).

L'établissement de stations GPS permanentes permet aux intéressés, outre de bénéficier des avantages cités précédemment, de satisfaire aisément aux obligations de la Loi d'Orientation pour l'Aménagement et le Développement durable du Territoire (Loi n° 99-533 du 25 juin 1999 Article 53, J.O. du 29 juin 1999; décret d'application n° 2000-1276 du 26 décembre 2000, J.O. du 28 décembre 2000) :
" Les informations localisées issues des travaux topographiques ou cartographiques réalisés par l'Etat, les collectivités locales, les entreprises chargées de l'exécution d'une mission de service public, ou pour leur compte, doivent être rattachées au système national de référence de coordonnées géographiques, planimétriques et altimétriques défini par décret et utilisable par tous les acteurs participant à l'aménagement du territoire. "

Pour s'adapter à l'évolution technologique inéluctable en la matière, et suivant les recommandations émises par le président du Conseil National de l'Information Géographique (CNIG) dans son rapport 6084/CNIG du 31 décembre 1997 (chapitre 3), l'Institut National de l'Information Géographique et Forestière (IGN) a initié en 1998, par son LAboratoire de REcherche en Géodésie (LAREG), une expérience pilote de Réseau GPS Permanent (RGP).

A partir de novembre 2000, la mise en production du RGP a été menée conjointement par le LAREG et le Service de Géodésie et de Nivellement de l'IGN (SGN).

Depuis février 2004, le réseau est entièrement opérationnel au sein du Service de Géodésie et de Nivellement de l'IGN (SGN).

Aujourd'hui le RGP, devenu le Réseau GNSS Permanent, prend en compte les évolutions technologiques en matière de positionnement par satellites avec l'apport de la constellation GLONASS et depuis janvier 2012 de la constellation Galileo.

Mis à jour le 19/07/2016